Payer les violons pour faire danser les autres

« …mais Monsieur Tibaudier n’est pas un exemple pour moi, et je ne suis point d’humeur à payer les violons pour faire danser les autres. »
La Comtesse d’Escarbagnas, scène dernière
.

Manière de s’exprimer bourgeoise (voir « bon droit a besoin d’aide »), à l’aide d’un proverbe au sens franchement vulgaire, comme l’indique Antoine Oudin, Curiosités françaises (1640):

Payer les violons. i. entretenir une garce que d’autres personnes voient.
( p. 403)

Le moteur de recherche fonctionne par co-occurence, par exemple, la saisie femmes superstition, affichera uniquement les fiches qui comportent les deux termes, et non toutes les pages qui comportent chacun des termes.