Membres agroupés

« Les contrastes savants des membres agroupés, […]
Tous formés l’un pour l’autre avec exactitude,
Et n’offrant point aux yeux ces galimatias,
Où la tête n’est point de la jambe, ou du bras ;
Leur juste attachement aux lieux qui les font naître,
[…]
Il nous enseigne aussi les belles draperies
De grands plis bien jetés suffisamment nourries,
Dont l’ornement aux yeux doit conserver le nu. »
La Gloire du Val-de-Grâce, v. 117-141

Les termes qu’utilise Molière sont empruntés à L’Art de peinture traduit en français de Dufresnoy :

Que chaque membre soit fait pour sa tête et s’accorde avec elle, et que tous ensemble ne composent qu’un corps avec les draperies qui lui sont propres et convenables.
[…]
Que les membres soient agroupés de même que les figures.
( p. 15)

Le moteur de recherche fonctionne par co-occurence, par exemple, la saisie femmes superstition, affichera uniquement les fiches qui comportent les deux termes, et non toutes les pages qui comportent chacun des termes.