Fleurette

« De l’humeur que je sais la chère Marinette,
L’hymen ne ferme pas la porte à la fleurette. »
Dépit amoureux, V, 8 (v. 1782-1783)

 

Mais ils ont cela de mauvais qu’ils s’émancipent un peu trop, et s’attachent, en étourdis, à conter des fleurettes à tout ce qu’ils rencontrent. »
Le Sicilien, sc. XIII

Le terme, de création très récente, apparaitra également dans La Guerre comique (1664) de Lacroix :

Mome incessamment débitait
Ce que dans Paris on appelle
Douceur, fleurette, bagatelle.
(p.14)

Le moteur de recherche fonctionne par co-occurence, par exemple, la saisie femmes superstition, affichera uniquement les fiches qui comportent les deux termes, et non toutes les pages qui comportent chacun des termes.