Faire rire les honnêtes gens

« En un mot, dans les pièces sérieuses, il suffit, pour n’être point blâmé, de dire des choses qui soient de bon sens, et bien écrites : mais ce n’est pas assez dans les autres; il y faut plaisanter ; et c’est une étrange entreprise que celle de faire rire les honnêtes gens. »
La Critique de L’Ecole des femmes, sc. VI

La même idée sur la difficulté de « bien plaisanter » est énoncée dans la première des Conversations du chevalier de Méré, parues en 1668 :

Sans mentir, ce n’est pas assez que d’avoir de l’esprit, il faut être extrêmement honnête homme pour être plaisant de la manière dont on le doit souhaiter.
(« Première conversation », éd. C. Boudhors, 1930, t. I, p. 9)

Le moteur de recherche fonctionne par co-occurence, par exemple, la saisie femmes superstition, affichera uniquement les fiches qui comportent les deux termes, et non toutes les pages qui comportent chacun des termes.