Le qualificatif « miracle » pour désigner la femme aimée est très usité dans le langage amoureux des années 1630-1650

 

– dans la poésie :

– * « O jeune miracle des cieux,/ Quels savants peintres sont vos yeux ? » (Tristan L’Hermite, La Lyre, 1641)
– * « beau miracle du monde », « miracle des belles », « miracle d’appas », « miracle d’amour » (G. Colletet, Poésies diverses, 1656)

 

– au théâtre :

– * « ce miracle du monde » (Rotrou, L’Innocente Infidélité, 1637)
– * « ce miracle des belles » (Tristan L’Hermite, La Mariane, 1637)
– * « ce miracle des cieux » (Tristan L’Hermite, Panthée, 1639)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le moteur de recherche fonctionne par co-occurence, par exemple, la saisie femmes superstition, affichera uniquement les fiches qui comportent les deux termes, et non toutes les pages qui comportent chacun des termes.