Carrosses à la porte plantés

« Tout ce tracas qui suit les gens que vous hantez,
Ces carrosses sans cesse à la porte plantés,
Et de tant de laquais le bruyant assemblage
Font un éclat fâcheux dans tout le voisinage. »
Le Tartuffe, I, 1, (v. 87-90)

Les mêmes récriminations sont formulées par la vieille Ragonde dans le Polyandre (1648) de Charles Sorel.

[…] Leur porte est toujours plein de carrosses et de chevaux qui embarrassent la rue.
(livre II, p. 323)

 

[…] Ce qu’il y a de pis, c’est que l’on y voit une troupe d’estaffiers plus bariolés que la chandelle des Rois; qui scandalisent tout le voisinage […]
(livre II, p. 324)

Le moteur de recherche fonctionne par co-occurence, par exemple, la saisie femmes superstition, affichera uniquement les fiches qui comportent les deux termes, et non toutes les pages qui comportent chacun des termes.